Contexte

Contexte

La désertification en spécialistes en dermatologie est en progression hors métropoles et notamment en Nouvelle-Aquitaine. Tendance qui devrait se poursuivre avec la féminisation massive de la spécialité et les départs à la retraite des dermatologues non remplacés.

De plus, la formation universitaire des médecins généralistes ne leur apporte que peu de connaissances en dermatologie créant ainsi un réel besoin d’aide au diagnostic et à l’orientation des patients vers des centres équipés. La densité en dermatologues dans certains départements de Nouvelle-Aquitaine est largement inférieure à celle de la France métropolitaine (ex : Deux-Sèvres : 5 dermatologues libéraux, 2 au CH de Niort – densité < 2 /100 000, Lot-et-Garonne : 8 dermatologues, 1 au CH d’Agen – densité 2,7/100 000 vs France métropolitaine à 5,8 dermatologues/100 000 h). 
La mise en place de la plateforme territoriale d’appui (PTA) et des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) dans les départements permet de coordonner différents soignants entre eux. La spécialité dermatologique étant courante et fréquente, la coordination entre dermatologues et médecins généralistes doit être améliorée. 
La téléexpertise est un outil permettant d’aider l’accès aux soins dermatologiques, d’orienter les patients nécessitant une consultation vers le spécialiste. 
Elle permet de former les médecins généralistes au fur et à mesure de leurs demandes.

Le projet

Le projet

Améliorer l’accès au diagnostic et à la prise en charge des pathologies dermatologiques grâce au recours à la téléexpertise par smartphone.

Le projet Smartderm permet aux médecins généralistes libéraux de faire des demandes d’avis dermatologiques (téléexpertise), via l’application PAACO/Globule en Nouvelle-Aquitaine pour aider au diagnostic et à l’accès aux soins des patients dans certains départements de Nouvelle-Aquitaine. 
La mise en place de ce projet s’est effectuée en coordination avec les plateformes territoriales d’appui (utilisation de l’application PAACO/Globule) et les communautés professionnelles territoriales de santé. 
La phase 1 du projet Smartderm a permis de mettre en place la téléexpertise dans trois départements pilotes : le Lot-et-Garonne, les Deux-Sèvres et la Creuse. 
La phase 2 de Smartderm permettra d’aider à la mise en place de la téléexpertise dans les autres départements de Nouvelle-Aquitaine : la Dordogne, la Corrèze, la Charente et les Landes, et de tester la téléconsultation et la télésurveillance dans un contexte ciblé.

Il bénéficie du soutien des laboratoires Novartis, Sanofi et du fonds de dotation AbbVie Santé & Perspectives

 

Missions 

Missions

Le projet s’est fixé pour missions d’apporter des outils de téléexpertise et une coordination au plan de la Région pour améliorer la prise en charge des pathologies dermatologiques. De plus, les données collectées via Smartderm permettront de réaliser des travaux de recherches et d’analyses qui viseraient notamment à :

  • améliorer l’accès aux soins des patients vivant dans des territoires sous-doté en dermatologues
  • améliorer l’orientation des patients par une approche graduée : en sollicitant si possible l’avis d’un dermatologue local libéral dans les 48h et en cas d’impossibilité, la réponse par un centre hospitalier (CH) local ou CHU dans les 72h jours ouvrables.
  • améliorer la formation des médecins généralistes sur les pathologies dermatologiques
  • améliorer la connaissance sur les pathologies dermatologiques, la typologie des patients atteints par le recueil et l’analyse des données.

 

Pilotage

Comment fonctionne le projet ?

Le projet est doté d’un comité de pilotage, composé de représentants des établissements universitaires, des partenaires institutionnels, des mécènes et de la fondation. Il vise notamment à co-construire le programme d’activités, assurer le suivi des dépenses et définir les actions de communication du projet.

 

Membres du comité de pilotage

université de Bordeaux

  • Professeur Jean-Philippe JOSEPH, directeur du département de médecine générale
  • Docteur Arnaud CUGERONE, chef de clinique assistant, département de médecine générale
  • Professeur Alain TAIEB, professeur émérite en dermatologie 

CHU de Bordeaux

  • Docteur Valérie DORIZY-VUONG, médecin dermatologue, service de dermatologie, coordinatrice du projet Smartderm
  • Professeur Julien SENECHAL, chef de service dermatologie
  • Elodie LAPLANCHE, directrice télésanté 
  • Yvan NICOLAS, cadre télésanté

Sanofi

  • Maud Le COSSEC, Medical Science Liaison – Dermatologie – Dir. Immunologie Sud-Ouest

Novartis

  • Emmanuel ALIBERT, directeur régional des Relations Institutionnelles et Economiques Nouvelle-Aquitaine
  • Sandra SIBILLE, chef de projet Solutions Clients

Fondation Bordeaux Université

  • Barbara CLOUTÉ, fundraiser et responsable Business Unit Mauriac
  • Juliette DEUNFF, chargée de projets Mécénat Business Unit Mauriac

ESEA : E santé en action

  • Jérôme RODRIGUES

ARS Nouvelle-Aquitaine

  • Marion SAINT-JAMMES, responsable télésanté

PTA 24

  • Hugues DELAMARE, responsable 
  • Séverine CAUPAIN, coordinatrice 

Région Nouvelle-Aquitaine

  • Eugénie MICHARDIERE, chargée de mission e-santé Nouvelle-Aquitaine

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins d'analyse et de confort de visite sur ce site. En savoir plus