Contexte

Contexte

Ce projet de chaire, développé à l’ENSEIRB-MATMECABordeaux INP, s’inscrit dans des enjeux à la fois technologiques et territoriaux et fait écho aux nouveaux modes de mobilité urbaine. La question de la mobilité et des transports intelligents prend une importance croissante, en particulier, lorsque l’on évoque le développement territorial, d’un point de vue économique mais également humain. La thématique de la mobilité et des transports intelligents, ainsi que les usages et applications qui en découlent, est identifiée comme vecteur de croissance transverse à plusieurs domaines : le développement durable, la cohésion sociale et territoriale, le développement économique des territoires ainsi que la fluidification du trafic. A titre d’exemple, 30 % de la circulation dans la ville de Bordeaux concerne des véhicules qui cherchent des places de parking.

Repenser la mobilité des territoires à travers une meilleure qualité des services, c’est répondre à des besoins technologiques, écologiques et humains de première importance.

L’incitation des pouvoirs publics à travailler sur ces thématiques amène à repenser les modes de fonctionnement, et renvoie à la fois à des aspects scientifiques (recherches), économiques (innovation et transfert de technologie) mais également pédagogiques (formation) avec la nécessité de former des experts capables de modéliser, de créer et de faire évoluer les modèles utilisés et de faire émerger un écosystème porteur de nouvelles opportunités d’emplois. La complexité de la mobilité intelligente, d’un point de vue technologique, repose sur plusieurs thématiques : capteurs intelligents, fiabilité des communications, traitement de données (big data, fusion de données), sûreté, sécurité, algorithmique, optimisation, etc.

Le projet

Le projet

L’Innovation collaborative pour une mobilité intelligente, connectée, réinventée, plus responsable et au service des usagers.

L’objectif de ce projet est de répondre aux défis technologiques de la mobilité intelligente, en s’appuyant sur le tissu académique bordelais, au moyen d’une innovation collaborative, flexible et ouverte. Il s’agit de redynamiser, créer et structurer un écosystème autour d’équipes enseignantes (volet formation), de laboratoires de recherche et d’instituts de recherche (volet recherche), d’entreprises, des collectivités, des start-ups et d’associations (volet innovation et transfert), dans un territoire particulièrement dynamique pour passer d’une logique de système de transports à une logique de solutions de mobilité pertinente.  A terme, il s’agit de mettre en place un véritable creuset d’interactions entre acteurs de la recherche publique et industrielle, et créer un potentiel de compétences visibles sur la mobilité intelligente alliant recherche, formation et transfert.

 

 

Les défis à relever dans le contexte de la mobilité et des transports intelligents sont nombreux. Pour cela, il est proposé à court terme de s’intéresser principalement à l’étude des thématiques en lien avec l’IoT, les communications (V2V, V2I) et les traitements de données (big data, fusion, IA).

L’exploitation des données liées au transport est un élément essentiel pour améliorer le trafic. De plus, l’avènement de l’Open Data va permettre à tous les acteurs d’accéder librement et en temps réel à toutes sortes de données liées aux transports, comme les horaires ou les itinéraires. C’est une véritable opportunité pour les entreprises qui vont pouvoir ajuster leurs innovations technologiques à la réalité du terrain. Cependant les nombreuses sources, la non structuration, le volume et le caractère dynamique, voire temps réel, de ces données vont nécessiter le développement d’algorithmes, de méthodes et d’outils pour les opérations de fusion et d’interopérabilité. Le traitement de ces données va aider à extraire des informations permettant de mieux gérer le trafic, d’adapter les transports publics, les infrastructures et de penser la mobilité dans son ensemble.

La mobilité intelligente, ce sont aussi les nombreux capteurs qui sont nécessaires au fonctionnement des véhicules connectés, soit à bord soit sur les infrastructures. Il est de plus en plus admis que la mise en service des véhicules autonomes sans chauffeurs va dépendre de la technologie des capteurs et des défis qui restent encore à relever, notamment en termes de sûreté ou de sécurité. D’une part, il est nécessaire de disposer de capteurs intelligents capables de répondre avec intégrité et haute précision. Une approche combinant l’aspect matériel et logiciel serait intéressante à explorer.  Il faut assurer la sécurité et la qualité de service des communications entre véhicules ou entre infrastructures et véhicules. Enfin, les protocoles qui seront mis en œuvre pour contrôler ou gérer des réseaux de véhicules doivent aussi être conçus rigoureusement pour tenir compte des caractéristiques de ces réseaux, à la fois critiques et fortement mobiles.

Missions

Missions

La chaire souhaite s’articuler autour de trois enjeux majeurs :

  • Enjeu formation : assurer une formation scientifique et technique de qualité pour les cadres de demain sur les technologies les plus avancées telles que les capteurs, les systèmes coopératifs, le recueil/traitement de données, les « Open Data » et « Big Data », etc. La filière régionale ne peut se développer que si des profils hautement qualifiés sont formés.
  • Enjeu recherche : optimisation des services de mobilité (usagers et marchandises) de bout-en-bout afin d’améliorer leur sécurité et sûreté, de réduire la consommation d’énergie et les émissions de polluants, d’offrir de nouveaux services aux usagers (aide, information, divertissement, co-voiturage, etc.) et d’augmenter la qualité de vie dans les villes (redynamiser les centres villes, accessibilité, multimodalité). Pour répondre à ces défis d’un point de vue technologique, il est nécessaire de fédérer de nombreuses compétences dans le secteur du numérique (capteurs, données, sécurité, algorithmique, etc.).
  • Enjeu diffusion des savoirs : ce secteur économique est en forte croissance (croissance de la mobilité, augmentation de population, etc.). Il se situe également à la croisée de deux marchés dynamiques, celui du transport et celui du numérique. Il est estimé à 4,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 45 000 emplois privés (qualifiés) avec un large panel d’entreprises impliquées (plus de 1000). La croissance des entreprises dans ce secteur doit être stimulée pour favoriser le développement de solutions innovantes, garantes d’une transformation réussie.

 

Positionnement thématique de la chaire

  1. Systèmes de véhicules connectés
    • Capteurs temps réel, composants, radar, systèmes embarqués
    • Communications : QoS, auto-adaptative, context-aware, 5G
    • Conception de protocoles pour les réseaux VANET
    • Quelques paradigmes : intégrité, sécurité, sûreté
  2. Exploitation des données massives et hétérogènes et cloud
    • Collecte, fusion, interopérabilité, stockage, analyse de données de transport (aide à la décision, optimisation, …)
    • Architecture cloud pour les VC (SDN, Fog / Edge computing)
  3. Création de nouveaux services et de nouveaux modèles économiques et d’usages

 

Retombées envisagées :

  • Création d’un pôle d’excellence académique régional sur les ITS visible et reconnu à l’international
  • Formation de compétences à fort potentiel spécialisée dans les ITS
  • Développement d’un partenariat à long terme avec les entreprises de la filière et montage de projets nationaux et internationaux
  • Développement d’un projet académique structurant à Bordeaux INP
  • Création de start-ups sur les ITS, développement d’applications en lien avec les usages

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins d'analyse et de confort de visite sur ce site. En savoir plus